Actualité

Lire les nouvelles de Bassam

Ivoiriens et expatriés ont pour habitude d’y passer leur week-end, à 40 kilomètres d’Abidjan. Mais la fusillade du 13 mars pourrait mettre à mal son image.

Des clients quittent l'hôtel Etoile du Sud, un des sites ciblés par l'attaque terroriste, dans la cité balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, le 14 mars.

Des clients quittent l'hôtel Etoile du Sud, un des sites ciblés par l'attaque terroriste, dans la cité balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, le 14 mars. CRÉDITS : ISSOUF SANOGO / AFP

Qu’ils soient Ivoiriens ou expatriés, tous se retrouvent à Grand-Bassam, le week-end, à 40 kilomètres au sud-est de la capitale économique ivoirienne, Abidjan. Jusqu’à dimanche 13 mars, la cité balnéaire était surtout connue comme un endroit où l’on vient se reposer, changer d’air, prendre un bain de soleil, un bain de mer. Une image qui pourrait être mise à mal par la fusillade meurtrière qui a fait au moins dix-huit morts dont quatre Français dimanche, sans compter les terroristes.

 
Plage Bassam, Côte d’Ivoire
 
Ville balnéaire située à 45 de kilomètres à l’Est d’Abidjan, Grand Bassam est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis juillet 2012 pour ses nombreux vestiges coloniaux. C’est l’une des villes touristiques ivoiriennes les plus visitées pour ses plages de rêve et ses divers sites touristiques. Le 13 Mars 2016, Elle a essuyé les larmes d’une attaque qui a porté un coup dur à l’image de la destination et au tourisme ivoirien en général.

NOS MEMBRES

  • 1
  • 2